CONFERENCE INTERNATIONALE

Escuela de Arquitectura y Diseño, Pontificia Universidad Católica de Valparaíso & Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme, Université Catholique de Louvain.

design as collective improvisation

N. Atle
M. prégardien

La crise écologique et la crise Covid montrent que le réel n’est pas malléable à souhait et qu’il y a lieu de tenir compte de contraintes inhérentes à la réalité. Cette réflexivité liée au réel engage une modification du processus de conception du projet qui passe de l’utilisation de savoirs constitués à l’expérimentation de savoirs en train de se constituer en permanence face aux réalités, un apprentissage permanent à développer avec les étudiants. 

Nous essayons de donner les bases d’interprétations du contexte de projet aux étudiants, pouvoir comprendre et analyser et grâce à ses compétences et ses routines de réflexions qu’il puisse faire une proposition architecturale en « interprète ». C’est-à-dire de faire une proposition autant technique que sensible ne s’attache pas à la définition parfaite d’un objet, mais bien plus à un « faire avec » les ressources et l’acceptation de l’incertitude que cela implique.

Cette acceptation de l’incertitude peut être vue comme un manque de maîtrise, qui mène à l’improvisation et inévitablement à des réponses hasardeuses. L’inverse de ce pour quoi l’architecte existe ?

Cela bien sûr, si l’on conçoit l’improvisation comme quelque chose de négatif. Pourtant il y a un domaine où l’improvisation est un art : le jazz. Et l’analogie même si elle n’est pas à la base de nos propositions pédagogiques est riche d’enseignement pour expliquer et développer le principe contraintes/ressources.

Nous présenterons deux pratiques pédagogiques que nous menons au sein de l’UMons où ce principe est développé de façon théorique ainsi que concrète :

> La pratique d’atelier de projet de 1er bachelier appelle les étudiants à « résoudre » une complexité architecturale dans un cadre très contraignant (arbitraire comme des règles de jeux), les obligeant à mettre en place un processus de projet partant de cesdites contraintes.

> Le projet L’occaux 21, est une plateforme d’expérimentation et un lieu de collaboration entre universitaires, professionnels et citoyens, où nous avons réalisé ensemble des structures temporaires à partir de matériaux de réemploi ou de faible transformation. Il s’agissait de comprendre l’intérêt de tirer parti de ces matières, de leurs affordances, comme base de la conception.

À l’instar du jazz, entre standard et improvisation, envisageons la conception par un principe de « contraintes/ressources » avec une pratique d’« interprètes » entre savoir constitué et savoir expérimental. À travers ce principe, pédagogie par le faire et ateliers de projet deviennent complémentaires, permettant de développer une réflexivité expérientielle. 

CONTACT :

4000 Liège

Tel: 0478.441041

Email: mp@bruumarchitecture.be

CONTACT US:

    Vos informations ont bien été envoyées !